Votre enfant va grandir : faites preuve de patience…

Ça va passer, il va grandir. Mon enfant ne sera pas toujours un petit bout d’être que j’ai constamment besoin de porter, de nourrir, de consoler, d’amuser.

Ça va passer, il va grandir. Les nuits ne seront plus aussi agitées et je pourrai me reposer. On n’a jamais vu des ados ne pas dormir !

Ça va passer, il va grandir et je pourrai retrouver l’usage de mes bras au lieu qu’ils soient constamment squattés par un bébé de 13 mois qui ne supporte pas d’être seul mais qui n’aime déjà plus le portage…

grandir

 

Ça va passer, un jour il va grandir et il saura manger proprement, ce qui veut dire que je n’aurai plus 2h de nettoyage après le repas. Et même qu’ils m’aideront efficacement à débarrasser la table (notez la nuance qui fait toute la différence : « efficacement »).

 

 

Ça va passer, il va grandir et il va apprendre la continence et je n’aurai plus à me trimballer 500 paquets de couches en permanence sur moi.

Appréciez ces moments éphémères…

Ça va passer, il va grandir et il va apprendre à jouer seul. Je vais pouvoir faire autre chose au lieu d’être sans arrêt sollicitée pour jouer :

– Maman, tu joues avec moi ???

– Mais apprends à jouer tout seul, là je dois faire à manger sinon on ne mange pas ce soir !

– Maman, tu viens jouer avec moi ???

– Mais je viens de t’expliquer qu’il faut que je prépare le repas ! D’ailleurs, aide-moi et mets la table !

– Maman, tu viens jouer avec moi ???

– Mais tu as entendu tout ce que je viens de te dire ?

Ça va passer, il va grandir et je vais regretter tous ces moments ! Et j’aurai oublié à quel point cela me pesait. Car quand on est dedans, on n’arrive pas à en voir la fin, alors qu’il faudrait juste dézoomer l’image. On comprendrait alors à quel point tout est éphémère et que ces moments qui semblent gravés dans le marbre à l’instant T ne sont en fait que des phases, des périodes, qui prennent fin par elles-mêmes. Il faut juste être un peu patient…

 

Dans quelle phase êtes-vous en ce moment ? Venez partager votre expérience dans les commentaires pour qu’on se soutienne mutuellement.

 

Sarah ROUYER pour l’Association Oze