Select Your Style

Choose your layout

Color scheme

Featured

Hyperactivité école : comment aider son enfant ?

En France, c’est à l’âge de 3 ans que les.enfants entament généralement leur scolarité. Alors que les neurosciences nous en apprennent toujours plus sur les capacités de nos chérubins, il y a peu encore insoupçonnées, des chercheurs se sont penchés sur la question suivante : la maturité affective et intellectuelle des principaux intéressés est-elle à même de leur faire franchir ce cap avec succès ? Hyperactivité, ensuite

Leurs conclusions sont sans appel ! hyperactivité, ensuite

L’étude en question tend effectivement à.montrer que les enfants – danois par exemple… – vivant leur première Rentrée à l’âge de 4 ans,.soit un an plus tard que dans notre pays, affichent des niveaux.d’autorégulation nettement supérieurs. En d’autres termes,.ils accueillent et gèrent leurs émotions beaucoup plus sereinement. Hyperactivité, ensuite.

Thomas Dee, professeur à l’illustre Stanford Graduate School.of Education et co-auteur de cette enquête, lie « un niveau d’autorégulation – le moyen d’estimer la capacité d’une personne à contrôler ses impulsions et à moduler son comportement pour réaliser.les objectifs qu’elle s’est fixés – élevé, à une meilleure productivité des élèves ». Hyperactivité, ensuite

Retarder d’une année l’entrée à la maternelle réduirait de.73% l’inattention et l’hyperactivité (étude réalisée auprès de sujets âgés de 11 ans). Repousser leur première Rentrée permettrait donc aux enfants d’être nettement plus sereins et réceptifs en classe, sur le long terme ! Hyperactivité, ensuite.

A méditer donc… qui plus est si votre enfant s’apprête à gagner les bancs de l’école… à 2 ans ½. Hyperactivité, ensuite

Notre système éducatif, régulièrement accusé d’être trop.« scolaire »,  rigide et inadapté aux tout-petits, fait assurément grise mine ! Hyperactivité, ensuite

Mais que remettre en cause : nos méthodes éducatives,.qui gagneraient à être plus ludiques, plus à l’écoute des besoins et des envies de ceux auxquelles elles se destinent (comme l’a si bien mis en évidence.Céline Alvarez dans Les Lois Naturelles de l’Enfant – La Révolution de l’Education). Les rythmes scolaires (sujet épineux en France, nous valant de nombreux « annule et remplace »… et ce n’est pas fini…),.la suppression précoce de la sieste (souvent dès la Moyenne Section, faute d’infrastructures adaptées en suffisance), ou tout simplement la pression sociale et intellectuelle, soumettent nos enfants très (trop ?) tôt à la dure réalité de la vie et les arrachant sans ménagement au cocon rassurant de l’enfance. Hyperactivité, ensuite

En ce début de quinquennat présidentiel, quelles propositions pour une.école qui s’adapte à tous, et non le contraire, une école qui accepte la différence – toutes les différences ! – , une école qui rime avec épanouissement personnel, une école qui favorise l’émergence des talents… A ce jour, la question reste encore en suspens. Hyperactivité, ensuite

hyperactivité

Magalie Rocher pour l’association Oze

Découvrez nos autres articles :

Les émotions : facteurs d’échecs ou de réussites scolaires ?
Le jeu est sérieux et lève les blocages scolaires
Braingym : une aide à la concentration et aux apprentissages

Publicité

No Comments

Enroll Your Words

To Top